Formation de suivi pour les infractions routières

Les organisations de moniteurs d’auto-école ASMC et FRE se sont adressées conjointement à la Commission des transports et des télécommunications du Conseil des Etats : Ils appellent les membres de la commission à suivre l’ initiative parlementaire Grin. L’un des objectifs de cette initiative est de garantir qu’en cas d’infraction mineure ou modérée, un permis de conduire d’apprentissage ou un permis de conduire qui a été retiré pendant un certain temps soit rétabli si l’intéressé a participé à une formation de suivi reconnue.

L’initiative Grin se fonde sur les considérations pratiques de sécurité et sur la longue expérience des moniteurs de conduite, selon laquelle la formation de suivi pour les infractions mineures et modérées au code de la route a un effet plus durable et est globalement plus efficace que les mesures de sanction pures (amendes, retrait limité du permis de conduire). L’objectif de la formation de suivi est d’avoir une influence directe sur l’attitude et le comportement des automobilistes en sensibilisant les contrevenants à leur infraction et en les forçant à la comprendre. C’est le seul moyen de leur permettre de modifier efficacement leur comportement afin d’améliorer la sécurité routière.

La reconversion pour les infractions mineures et/ou modérées à la loi sur la circulation routière a déjà fait ses preuves dans d’autres pays. L’expérience de l’Angleterre/Pays de Galles montre que la formation a un effet très positif. L’évaluation «Impact Evaluation of the National Speed Awareness Course» de l’Université de Leeds, qui a examiné les cours de suivi de manière très détaillée, aboutit à une conclusion frappante : les résultats montrent que la participation aux cours de suivi a effectivement contribué davantage à la réduction des excès de vitesse que les amendes ou autres mesures punitives.

L’impact du cours a été testé à l’aide des registres de vitesse fournis par les forces de police pour la période de 2012 à 2017. Les données ont été fournies pour 2,2 millions de conducteurs, dont 1,4 million avaient accepté une offre de participation aux cours.

L’Association Suisse des Moniteurs de Conduite ASMC et la Fédération Romande des Écoles de Conduite FRE, fortes de leur expérience, seraient très heureuses que ces résultats soient pris en compte dans la décision de la commission. L’ASMC et la FRE sont convaincues par l’expérience pratique qu’une telle mesure est bénéfique pour la sécurité routière et favorise l’idée de Via sicura. Notre objectif commun est de pouvoir garantir la sécurité routière – par la formation professionnelle et la formation continue des conducteurs.

(Note : l’image est une image symbolique ! Les personnes représentées ne sont pas associées à la notification).

Ad