«Don’t mess it up» : Nouvelle campagne de prévention moto à l’intention des adolescents

Le risque d’accident est particulièrement élevé chez les adolescents circulant à moto: de 2016 à 2020, 281 motocyclistes âgés de 15 à 17 ans ont été grièvement blessés et 4 ont perdu la vie. Les experts redoutent une hausse du nombre d’accidents en 2021. Depuis cette année, ces jeunes sont en effet autorisés à conduire des motos plus puissantes et donc plus rapides. C’est pourquoi le BPA lance une nouvelle campagne de prévention sur les réseaux sociaux, mise au point avec le concours d’adolescents.

Autonomie et flexibilité dans les déplacements: la mobilité individuelle est primordiale pour les jeunes âgés de 15 à 17 ans. Du fait de leur prix d’achat modéré, les motocycles présentent un attrait indéniable. Pourtant, le risque d’accident est élevé pour les jeunes motards. De 2016 à 2020, 281 adolescents ont été grièvement blessés dans un accident et 4 ont perdu la vie. Cette tranche d’âge enregistre un nombre particulièrement important d’accidents graves par rapport à l’ensemble de la population.

Les experts redoutent une hausse de l’accidentalité en 2021. Les motos et scooters atteignant une vitesse maximale de 45 km/h peuvent être dorénavant conduits dès l’âge de 15 ans, et les motos de 125 cm3 dès l’âge de 16 ans. Le risque d’accident augmente avec la vitesse, tout comme la gravité des blessures en cas de collision. Sans compter que les jeunes motocyclistes manquent d’expérience et de routine. À cet âge, ils sont plus enclins aux comportements à risque, plus impulsifs et ont tendance à vite se surestimer. Associé à des engins rapides, le cocktail peut être explosif. Pour y remédier, le BPA lance une nouvelle campagne de prévention sur les réseaux sociaux en collaboration avec la Fédération Motocycliste Suisse (FMS). Ce projet de trois ans est financé par le Fonds de sécurité routière (FSR).

Un concept développé avec le concours d’adolescents

«Nous étions conscients que pour toucher la population jeune, nous devions sortir des sentiers battus», explique Claudia Bucher, responsable de la campagne auprès du BPA. «Pour y parvenir, nous avons élaboré le concept de la campagne en collaboration étroite avec des adolescents. Nous les avons impliqués à maintes reprises. Nous leur avons demandé comment les toucher au mieux et s’ils comprenaient nos messages. Ils ont ainsi pu choisir entre différentes versions», ajoute-t-elle.

Le défi consistait à présenter les messages de prévention essentiels de manière adaptée à leur univers. Résultat: une campagne de prévention qui n’en a pas l’air au premier abord. Le son et l’image sont conformes aux formats qu’utilisent les adolescents sur leur smartphone pendant leur temps libre. La devise «Don’t mess it up» va droit au but et résume l’essentiel: «Une seconde d’inattention à moto et tout peut déraper. Une imprudence est non seulement embarrassante, mais aussi très dangereuse», affirme Christoph Jöhr, expert au BPA.

Un message de prévention insolite, sous des formes variées

La campagne commence par cinq spots (exemple 1 ; exemple 2 ; exemple 3), diffusés notamment sur Instagram, TikTok et Snapchat. Ils captent l’attention en mettant en scène des situations insolites et un casting diversifié. Les cinq messages de prévention centraux sont concis: anticiper en conduisant, rester concentré, garder ses distances, freiner avant les virages et toujours porter des protections. De nombreuses actions viendront les compléter dans les prochaines semaines. Des concours inciteront les adolescents à se familiariser davantage aux messages essentiels sur
dontmessitup.ch. Les canaux classiques – affiches ou spots télévisés – n’ont en revanche pas été retenus. Prévue sur trois ans, la campagne fera l’objet d’une évaluation régulière.